Un petit tour au Boss Hog Studio (by Matt - 10/04/2013)

Il y a quelques semaines j'ai été me perdre à la campagne. Mes potes devaient enregistrer les voix pour leur album et je voulais aller leur faire un petit coucou. Armé de mon GPS, je prends donc la route et arrivé à destination, je me retrouve au millieu d'un quartier résidentiel. Il y a vraiment un studio ici ? Je sors mon téléphone, appelle les potes : "Ben vous êtes où ?". Et finalement, j'ai juste devant la maison qui abrite le Boss Hog Studio.

Passé l'effet de surprise, je les suis à l'intérieur et là... deuxième surprise. Le Boss Hog est en fait une extension de la maison spécialement conçue pour le travail du patron des lieux. Petite visite. Au rez de chaussée, on trouve donc le centre névralgique du studio. La salle d'enregistrement tout d'abord est impressionnante. D'une surface de 35m2 et dotée d'une hauteur sous plafond de 5m80, elle permet de réaliser tout type d'enregistrement. Juste à côté, bien sûr, se trouve la salle de contrôle avec un matos de top qualité (allez voir son site pour plus de détail hein...). Bref tout ce qu'il faut pour réussir ses enregistrements. Mais on le sait tous, un enregistrement ça peut durer. Et le Boss Hog n'est pas en reste de ce côté. Au dessus de la salle de contrôle se trouve, en effet, une salle permettant le couchage de 6 personnes, avec tout ce qu'il faut pour se restaurer et... pour se détendre : une dizaine de consoles sont dispos !

Mais tout ceci ne serait bien évidemment rien sans le bonhomme à la tête du studio. Quand je suis arrivé, je suis donc tombé sur un petit gars barbu, lunettes sur le nez. Les premiers mots que j'ai entendu de lui : "Pas mal. On la refait ?". Je veux pas déranger le bonhomme dans son taf, je me mets dans un coin et j'écoute. Clément Decrock est concentré sur le travail des chanteurs. Un conseil par ci, de l'editing par là, une vanne en passant. Tout se passe dans la bonne humeur même si le travail avance. Parce que c'est bien d'avoir de beaux locaux, mais encore faut-il que le boulot soit de qualité et que tout se passe dans un climat de confiance. La philosophie de travail de Clément est justement celle-là. Son objectif est de réussir à mettre (de façon harmonieuse) tout ce que le groupe a en tête, et le tout dans un climat agréable. Pour éviter de reproduire les mauvaises expériences passées vécues par certains groupes, Clément essaie de se mettre au maximum à la disposition du groupe. Conséquence directe : il travaille au forfait. Ca permet aux groupes de ne pas avoir la pression du résultat immédiat et de pouvoir travailler à leur rythme. Il passe aussi pas mal de temps à discuter des influences des groupes, les écoute au besoin et n'hésite pas à apporter son avis même si ce sont less groupes qui décident à la fin. Au final son travail semble faire l'unanimité comme le prouve Nico de Branson Hollis : "Le Boss Hog Studio, pour nous, c'est comme une deuxième maison. La première fois que nous nous sommes pointé là haut, c'était en 2009, pour enregistrer notre toute première démo 2 titres. L'accueil était parfait, et l'expérience autant constructive que humainement enrichissante puisque nous allions nous faire non seulement un ami, mais un allié des plus fiables pour nos travaux à venir. Nous y sommes retournés 2 fois depuis. En 2010 une semaine pour enregistrer un EP 5 titres et en 2011 deux semaines pour la pré-production d'un album 12 titres. Ce qui fait qu'on y est retourné et qu'on y retournera sans se poser de question? La bonne ambiance, le talent et la rigueur. Et l'amour aussi!".

Mais Clément c'est qui au final ? Batteur émérite (major de la 30ème promotion de la Music Academy International), il a sévi pendant pas mal de temps au sein de General Lee (c'est de là que vient le nom du Boss Hog). C'est à cette époque qu'il commence à bidouiller du son avec les moyens du bord. Après son année à Nancy, il se retrouve derrière les futs de Lyzanxia (groupe de Trash Angevin). De cette expérience, il part enregistrer en Suède avec Fredrik Nordstrom (In Flames, Dimmu Borgir, Bring Me The Horizon...) et découvre les conditions d'enregistrement professionnelles. Le temps passe, les demandes pour qu'il enregistre des groupes augmentent en même temps qu'il achète du matériel d'enregistrement. En 2009, il prend la décision d'arrêter de jouer dans des groupes pour se concentrer sur l'enregistrement. Le Boss Hog est né et Clément en fait son job à plein temps.

Alors finalement êtes-vous fait pour enregistrer au Boss Hog ? Bien souvent le Boss Hog est considéré comme un strudio pour métalleux (expériences de Clément obligent). Lui s'en défend : Je suis ouvert à tous styles musicaux bien que moi personnellement je suis plutot branché rock indé, folk ou punk rock. Une fois un groupe m'a appelé pour me demander si je faisais "autre chose que du metal". J'étais un peu deg ce jour la car j'ai vraiment pas envie de rester sur un seul style j'aime la musique au sens large du terme . C'est vrai qu à une époque j'ai enregistré pas mal de groupe de métal mais étant donné que c'est le bouche à oreille qui fait beaucoup le boulot, un groupe en apellant un autre... Enfin bref : OUI le studio fait autre chose que du métal.

Bref, Clément est un mec cool, qui fait du bon boulot et peut vous accueillir dans de super conditions. N'hésitez pas à le contacter !


Domaine d'activité : Studio
En activité depuis : Janvier 2009
Contact : contact@Bosshogstudio.com
Site web : http://www.bosshogstudio.com/