Le Cabaret Vert : Un Rodéo Trip Mémorable (by Lo' - 27/08/2015)

C’est encore avec des étoiles plein les yeux que je rédige cet article.  Le Cabaret Vert ouvrait ses portes ce jeudi 20 Août pour sa 11e édition. Une jolie programmation a permis de ramener près de 85.000 festivaliers tous plus déchaînés les uns que les autres. En effet, 45 groupes dont 7 groupes régionaux ont fait le show ce week-end dans les Ardennes. De l’Electro, en passant par le Rock (notre chouchou chez ma Femme) sans oublier la Variété Française, le Cabaret Vert a su proposer une affiche variée pouvant satisfaire le plus grand nombre, car n’oublions pas que le but principal du Cabaret est de « programmer une énergie, peu importe le genre » comme nous le confiant Julien Sauvage, lors de la conférence de presse. Le festival entre dans une nouvelle ère.

 

Un premier jour qui annonce la couleur

 

L’un des incontournables de cette édition était bien évidemment le set de Paul Kalkbrenner ! Une ambiance survoltée sur des sons mélancoliques, aucun doute ! il a le don de transporter tout un public le temps d’une bonne heure ; un pur régal ! Une bonne vingtaine de minutes se sont écoulées entre son dernier morceau et le rappel, histoire de se laisser désirer. Un show inoubliable et un charisme scénique indéniable. A noter que Paul Kalkbrenner sort son nouvel album du nom de « 7 », signé non par son propre label mais bien chez Sony Music Entertainment. Un tournant dans la carrière musicale de l’artiste. En tout cas chez Ma Femme, nous sommes fan !

Le groupe de Rock Américain Fuzz était également présent. Les oreilles encore bourdonnantes du set de Paul Kalkbrenner, c’est à la scène des Illuminations que nous nous rendons pour assister au live de Grammatik. Un bon moment de dubstep avant de repartir au camping, encore plus motivés et surtout impatients de voir le reste de la programmation !

 

Un vendredi bien chargé et de nombreux groupes à découvrir.

 

Le Cabaret Vert fait place aux groupes régionaux tels que The Shoes et A-Vox. Un vendredi principalement électro puisque nous attentions de grands noms : Ratatat, Zeds Dead, The Chemical Brothers, Lido et Mr Oizo (et oui, rien que ça !)

The Chemical Brothers ont tellement fait tremblé le Cabaret Vert que nous avons assisté à quelques soucis techniques mais malgré tout un très grand show qui en a ravi plus d’un, sur fond d’images et de clips qui ont su nous emmener dans un autre monde.

Le set de Mr Oizo était juste à couper le souffle. Il ouvre son show avec « Positif » annonçant tout de suite la couleur. Une ambiance survoltée et un set mené parfaitement du début jusqu’à la fin.

Lido fut pour moi une jolie découverte. Ce jeune norvégien de 21 ans est déjà bien connu dans le milieu puisque ses sons sont souvent remixés par Diplo ou encore Skrillex !

Le samedi fut tout aussi plaisant : on commence avec le live tant attendu de John Bulter Trio. Ce jeune australien nous transporte au son de sa simple guitare le temps d’une bonne heure. Un génie de la guitare qui manie sa douze cordes d'une manière stupéfiante. 

Les deux londoniens de Jungle prenaient la relève. Une bonne claque et un concert au top, comme on les aime. Puis c’est au tour de la jolie Selah Sue d’enflammer la scène Zanzibar avec sa voix soul.

Et c’est avec Vandal que nous finissons la soirée ! Eh oui, je ne suis pas restée longtemps devant Limp Bizkit, un peu déçue. Le début m’a semblé un peu long et leurs reprises de Daft Punk, Nirvana ou encore Metallica manquaient de personnalité et d’originalité. 

Le Cabaret Vert n’avait plus qu’à taper du pied devant un Vandal plus survolté que jamais !

 

Un dimanche pluvieux mais la bonne ambiance résiste à tout au Cabaret !

 

Pour ma part c’est avec Taylor The Creator, Hubert Félix Thiéfaine et Fakear que j’ai fini mon festival. Une découverte pour moi puisque je ne pensais pas me retrouver devant une bête de scène comme Taylor The Creator. Malgré la pluie, il reste juste délirant et incontrôlable sur scène. Un véritable moment de bonne humeur pour le public du festival. La pluie cesse et je me retrouve face au live d’Hubert Félix Thiéfaine, un arc-en-ciel au-dessus de ma tête et une barbe-à-papa dans la main histoire de planer totalement. 1h40 de frissons !

Puis c’est avec Fakear que se clôt le Cabaret Vert accompagné d’une bonne bataille de boue. Les festivaliers n’ont décidément peur de rien ! Nous avons même eu le privilège d’assister à un nouveau son du jeune DJ qui clôturait également sa tournée des festivals. Un son toujours aussi transcendant accompagné de la jolie voix d’une chanteuse. Un album qu’on a hâte de découvrir !

 

Le Cabaret Vert n’est pas qu’un festival c’est aussi des arts de rue, un festival de la bande dessinée et un village associatif. Le festival de la bande dessinée proposait des séances dédicaces, des ventes de BD permettant un joli échange entre les fans de ce genre et les artistes. Un atelier caricature était également à disposition des festivaliers. Habituée au Cabaret Vert depuis 2011, je tiens à souligner l’organisation toujours améliorée du festival et une véritable volonté des bénévoles et des organisateurs d’apporter le meilleur aux festivaliers.

En effet, cette année il ne fallait que 10 minutes entre la pose des bracelets et l’entrée sur le festival. De plus l’ouverture d’un nouveau camping pour les festivaliers désirant dormir dans le calme a permis une meilleure gestion. Sans oublier l’ajout non négligeable d’écrans géants à la scène principale. La bonne gastronomie Ardennaise, les activités sur le site mais aussi les activités sur le camping (oui, cher Cabaret Vert j’ai testé ton mini golf !) font qu’il fait bon vivre au Cabaret Vert.

13 lives seront bientôt diffusés sur ARTE pour vous faire découvrir ou redécouvrir ces bons moments.

Je remercie le Cabaret vert et notamment l’équipe média pour cette merveilleuse édition et je tiens à saluer le mérite du fondateur du Cabaret Vert qui a su proposer cette initiative il y a quelques années et qui connait un succès mérité aujourd’hui.