RISE AGAINST / End Game (by Matt - 03/12/2011)

Ah Rise Against ! Dix ans cette année qu'ils officient sous ce nom. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que, depuis The Sufferer and the Witness, les attentes sont fortes autour de ce quatuor. Imaginez donc : The Sufferer and the Witness, disque d'or, quelques singles mémorables (dont la génialissime Prayer of the Refugee, oui oui celle que vous pouvez jouer dans Guitar Hero 3) finir 10ème du Billboard US. En 2008, encore quelques marches gravies avec Appeal to Reason : 3ème du Billboard US, disque d'or là aussi et quelques singles bien sentis (,Re-Education (Through Labor), Savior, Audience of One). Autant dire, que la pression était sur les épaules de Tim McIlrath , Joe Principe, Brandon Barnes, Zach Blair.

Et bien moi... je suis carrément enthousiaste ! Soyons clairs, tout ce qui fait la force de ce groupe est réuni dans cet album : la voix de Tim McIlrath, toujours aussi reconnaissable et envoûtante, des guitares aiguisées et prêtes à débiter du petit bois, des choeurs tout en précision,... Je pourrais écrire trois pages d'éloges donc je vais m'arrêter tout de suite. Si on devait retenir une chose de cet album c'est clairement qu'il est d'une homogénéité sans faille. C'est très fort du début à la fin. On oscille bien évidemment comme à leur habitude entre passages plus mélodiques et rythmiques hardcore, entre chant mélodique et choeurs bien sentis et screams, bref du Rise Against comme on s'attend à l'entendre.

Au niveau des textes, là encore, le groupe reste fidèle à lui-même : c'est engagé, pas fleur bleue pour un sous et même si la petite famille Stevenson est venue faire les choeurs sur Make It Stop (September's Children), on est loin des chansons de boyscouts. On retrouve donc dans les textes les préoccupations de toujours du groupe : l'écologie (les catastrophes naturelles et la lenteur des secours dans Help Is on the Way), la politique (dans Satelitte), et les discriminations subies par les ados (en particulier vis-à-vis de leur sexualité dans Make It Stop (September's Children)). Enfin, la production reste très fidèle à ce que le groupe nous avait habitué. Pas étonnant en même temps, c'est toujours Bill Stevenson (Descendents, NOFX, Good Riddance, j'en passe et des meilleurs) derrière les manettes.

Vous me direz : "ok l'album a l'air génial, mais si tu devais ressortir quelques titres, tu choisirais quoi ?". Clairement 3 titres ont ma préférence : Architects qui lance l'album sur de bonnes bases : structure assez peu linéaire, du rythme, des choeurs magistraux, une batterie ultra-présente, ça envoie du bois dès le début. Ensuite, Make It Stop (September's Children), euh... pas spécialement pour les choeurs des gamins de Stevenson mais parce que le morceau globalement réussit vraiment à nous prendre aux tripes et le groupe nous emmène sans conteste avec eux. Le refrain y est parfaitement efficace. Enfin, Satelitte, où là clairement on aurait envie en l'écoutant de les rejoindre sur scène pour gueuler dans le micro.

Bref, j'étais fan, je suis fan, et je pense que je vais rester fan !


Date de sortie : 15/03/2011
A écouter : Help is on the Way, Make it Stop (September's Children)
Si vous aimez : Bad Religion, Ignite, Screeching Weasel, Down By Law
Site web : http://www.riseagainst.com/