RETRO : SUICIDE MACHINES / Destruction by... (by Lut - 07/12/2011)

Décembre 1996, mon meilleur pote rentre de Californie où il a passé quelques semaines. Nous nous retrouvons sur la route pour aller chez son arrière-grand-tatie pour le repas traditionnel de noël. En général, cette route  nous menant dans le trou le plus perdu du monde en passant par des nationales plus sinueuses  les unes que les autres, me parait interminable. Mais ce jour-là, il me dit « je dois te faire écouter un truc » et j’ai donc pris l’une des plus grosses claques musicales de ma vie. L’album s’appelait « Destruction by Definition » et le groupe était The Suicide Machines.

The Suicide Machines est un groupe formé en 1991 par Jason Navarro (chant) et Dan Lukacinsky (guitare et chant) à Détroit. Ah Détroit !!! ville fort sympathique dotée d’un parc industriel désaffecté, à en faire pâlir nos chers ch’timis, qui a sans doute influencé la musique rageuse des Suicide Machines. Après plusieurs démos et un split cd « Destruction by Definition » est donc le premier album du groupe.

Et pour une première on peut dire que c’est réussi !!

Le groupe nous livre là un condensé de ce que doit être un album de punk-ska. C’est peut-être même la référence du genre après le non moins réussi « Energy » d’Operation-Ivy.

En effet, la musique livrée par la bande de Jason Navarro déborde d’une énergie frétillante et communicative à en faire skanker un déambulateur !!  La prod est simple mais bougrement efficace avec la présence de cuivres sur certains morceaux comme « Hey » et « Vans Song » d’orgues sur d’autres comme « No Face ».

Les compos sont à la fois agressives et terriblement joyeuses avec des refrains sing along (« New Girl »,  « Break the Glass »,  « Vans Song », « The real You » etc…). Ecouter ces titres oscillants entre un punk-rock classique et un skapunk two-tone s’avère beaucoup  plus efficace qu’une cure de juvamine pour se remettre en forme en cette période hivernale.

Même l’artwork est très bien foutu : pochette en noir et blanc mélangeant photos live, textes et dessins mais toujours dans un esprit Operation Ivy !

Bref un album à posséder absolument et comme disait l’autre : « Fous-toi ce skeud et vas faire ta vaisselle !!!! ».


Date de sortie : 21/05/1996
A écouter : SOS, Vans Song, Break the Glass
Si vous aimez : Operation Ivy
Site web : http://suicide-machines.com/
L'avis de ma maitresse
Pour être honnête, à l’époque ou cet album est sorti mon nic-nac d’amour, je jouais encore à la poupée (ou plutot : je cherchais les mille et une façons de torturer action man avec mes barbies – Mais c’est une autre histoire). J’ai donc été curieuse, j’ai foncé chercher ce CD à la médiathéque (oui, je vais à la Médiathéque), et j’ai écouté les 16 chansons de cet album. Le ska, c’est pas franchement ma tasse de thé… Alors j’étais sceptique. Mais la piste 12, « The Vans Song » m’a tellement vendu du rêve que j’ai fondu (comme un chamallow sur un barbecue – pour l’image). Jason Navarro fait la guerre au Doc Martens, et prône l’usage des Vans. J’adore, j’adhére. Et je te remercie mon nic-nac à la fraise.