eXtase 11 : Nolwenn Leroy : Au Clerc de la une ! (by Nico - 18/12/2011)

Alors, la première fois que je l’ai entendu, c’était à la radio !

Je me souviens très bien m’être dit : "Le pauvre, si c’est cassé, ça doit faire mal, et en plus ça s’entend ! j’étais persuadé qu’on ne pratiquait plus la castration depuis des siècles…". Mais non,… il ne s’agissait pas de Julien Clerc !!!

Bon, Nolwenn Leroy a fait la Star ‘Ac (ahhh, elle aussi !) et fait de la variété française (ahhh, elle aussi !), et donc, se retrouve sur mafemmeecoutedelamerde.fr (ahhh, elle aussi !) ! Ben oui, c’est juste que j’ai jamais entendu parler des albums de Mario, Jean-Pascal, Georges-Alain & Co que j’en parle pas !

Alors, Nolwenn a gagné la Star’Ac 2, ce qui, à mon sens, est encore pire que ce qu’à fait Jenifer, parce que Nolwenn, elle, a pu voir la Star’Ac 1 ! Et elle s’est quand même inscrite à la 2 !!!

Quand tu regardes sa Bio, tu apprends que c’est en voyant la Star’Ac 1 qu’elle a voulu prendre des cours avec Armande Altaï. Alors, je ne trouve pas de vidéo assez marquante, mais Armande Altaï, c’est l’espèce d’Arielle Dombasle, qui aurait joué dans ‘super-size me’, même que, quand tu vois son visage, t’as envie de lui mettre un post-it sur le front marqué : ‘Attention peinture fraiche’ (et croyez moi, y’a que la peinture qui semble fraiche)

Alors, Armande, tous ses cours de chant débutent par une séance de ouin-ouins :
ouin ouin-ouin ouin ouin ouin ouiiiiinnnnn (tout ça sur un aire de gamme pentatonique !)

Puis par un jeu de questions/réponses musicales du type :
- comment vas-tuuuuuu ?
- tooouuuuttttt va très bieeennnnn !


Donc, quand tu sais que Nolwenn a voulu avoir Armande comme prof de chant….. c’est comme si je demandais à Jamel Debouze d’être mon prof de français ! (‘Mais oui monsieur Nico, assistez-vous ti-suite’)

Bon, par contre, tu m’excuseras tout de suite, j’ai pas envie de me taper ses albums pour trouver quelques incohérences, surtout que, comme elle est bretonne, elle doit avoir fait une reprise de "le loup, le renard et la belette" et que ça, chanté par une chèvre, ça fait mauvais genre !

Si je devais terminer cette chronique en définissant ce que Nolwenn m’inspire, je dirais que pour moi, Nolwenn, c’est un peu comme les galettes bretonnes. Je sais ce que c’est, mais j’aime pas ça !

Ainsi s'achève cette chronique de « L'extase des oreilles scatophiles » 

Et n'oubliez pas de dire à votre femme que même si c'est dans la merde que poussent les plus belles fleurs, c'est pas en écoutant ça qu'elle aura ses boucles d'oreille en diamant !