Interview Hawthorne Heights (by Juliette - 29/12/2011)

Il y à quelques semaines, les Hawthorne Heights étaient à Paris et rien que pour vous... Nous sommes allés les rencontrer ! Rendez-vous rock'n'roll en backstage avec Eron Bucciarelli, batteur du groupe, juste après leurs balances.

Ma Femme : Bon, pour commencer, présente-toi !

Mon nom est Eron Bucciarelli et je suis batteur pour Hawthorne Heights. 

Ma Femme : Si je te demande de décrire votre style en 3 mots, tu me réponds ?

Eron B. : Rock - alternatif - émotionnel.

Ma Femme : Simple et efficace j'ai envie de dire ! Je voudrais que tu me parles d'un de vos morceaux... La chanson "Hate". Sacrément enragée ! Tu peux m'en dire plus ?

Eron B. : Nous… Au cours des dernières années, nous avons connu des tas de hauts et de bas dans notre carrière. Nous sommes entrés en procès avec notre ancien label, et pendant la procédure notre guitariste, Casey, est décédé. Nous avons signé sur un nouveau label. Nous espérions que les choses iraient alors beaucoup mieux… Malheureusement il s’est avéré que ça n’a pas été le cas, et nous avons accumulé énormément de frustration et de colère. Nous avions vraiment besoin de l’exprimer dans une chanson, et puis il faut avouer qu’il y a beaucoup de frustration et de colère dans le monde, spécialement aux Etats-Unis. L'économie qui a été incroyablement mauvaise au cours des 5 dernières années est surement un des facteurs. Nous voulions juste écrire une chanson qui reflétait ce que nous ressentions, vu qu’une grande partie des personnes ressentent la même chose.

Ma Femme : Votre dernier single "Four White Walls" est sorti il y à quelques semaines... Tu peux nous parler un peu de ce morceau ?

Eron B. : Cette chanson est une sorte de… ça parle simplement du fait de se sentir coincé dans une situation sur lequel nous n'avons aucun contrôle. Pour nous c’est spécifiquement lié à notre procès et à ce qui nous a poussé à engager ce procès. Pendant longtemps nous nous sentions comme ci il n’y avait aucune échappatoire, et c’était en train de nous consumer entièrement.

Ma Femme : Et au sujet du clip ?

Eron B. : Nous avons tourné cette vidéo dans une petite ville du Kentucky qui est au milieu de nulle part aux Etats-Unis, il n’y a aucun grand axe routier pour y aller. La réception de nos téléphones était très mauvaise, c’était carrément en dehors des chantiers battus… Mais le concert que nous avons donné là-bas était INCROYABLE ! Les gamins qui étaient venus nous voir sont de vrais passionnés de musique, et ça représentait vraiment le genre de concerts que nous avons pu donner lors de nos débuts. Tu sais, quand nous avons commencé nous étions bien loin de ce genre de club (en référence à La Boule Noire, ndlr) avec des jeux de lumières et d’énormes systèmes de sonorisation ! On a commencé en jouant dans des salles qui étaient loués par des gens du coin, on montait un plateau avec 5 groupes locaux et on demandé à peine 5$ de PAF pour la soirée… Le but était que tout le monde puisse entrer. On était 500 jeunes, c’était rock’n’roll et on s’éclatait. Donc en fait, ce clip ça représente notre évolution. On voulait montrer à quel point ce genre de concert presque improvisé pouvait être fun.

Ma Femme : Pour rester sur vos chansons... Pourrais tu m'expliquer de quoi parle la chanson "Boy". C'est définitivement un de mes morceaux préférés, dis m'en plus !

Eron B. : « Boy », c’est à propos de personne proche de J.T et je pense que c’est un peu à propos de lui aussi. C’est une sorte de conte personnel sur comment on arrive facilement à oublier les gens…

Ma Femme : Quand vous travaillez sur des nouveaux morceaux, c'est quoi pour vous la chose la plus importante ?

Eron B. : Je pense que… Nous voulions écrire des chansons que nous prendrions plaisir à jouer en live. Nous sommes des artistes, des musiciens… nous voulons écrire une musique qui nous émeut, et qu’on aura encore envie de jouer des années plus tard. Alors d'abord et avant tout, on essaie de créer quelque chose qu’on va aimer. Et avec un peu de chance, ça se transforme en quelque chose que nos fans vont aussi aimer !

Ma Femme : Entre nous, quelle est la chose la plus DINGUE q'un(e) fan ait fait pour vous ?

Eron B. : La chose la plus dingue que l’on ait fait pour nous… ? Un tatouage ! En fait, une semaine avant qu’on arrive en Europe on à joué à Wister, Massachussetts et un fan avait la couverture de notre album « HATE » tatouée sur son bras et nous a demandé de la dédicacer. Et le jour suivant… Elle avait fait tatouer nos dédicaces ! Vous pouvez le voir sur notre page facebook…  Je pense que c’est définitivement la chose la plus dingue qu’un fan n’ait jamais fait pour nous. Je veux dire, c’est vraiment cool ! Je ne veux pas qu’elle croit qu’on rit d’elle ou qu’on trouve ça dingue "de la mauvaise façon"… C’est dingue mais d’une façon INCROYABLE ! Avoir nos noms tatoués sur quelqu’un, c’est définitivement la chose la plus dingue qu’on ai jamais fait pour nous !

Ma Femme : Partir en tournée, ça doit vraiment être un truc de dingue... C'est quoi le plus gros avantage quand on est sur les routes ?

Eron B. : Le plus gros avantage d’être en tournée… Je peux dormir un peu plus ! Je sais, ça parait dingue mais tu sais il y a quelques années ce n’était pas le cas. J’ai un enfant maintenant, elle a juste deux ans donc ce n’est pas de tout repos ! Je n’ai pas la chance de dormir autant que je le voudrais à la maison… Résultat, quand on est en tournée, j’en profite pour rattraper le sommeil qui me manque !

Ma Femme : Comme je te l'ai dit, notre Webzine s'appelle "Ma Femme écoute de la Merde"... Selon toi, c'est quoi la plus grosse merde que l'on entend en radio en ce moment ?

Eron B. : Ça alors ! Selon moi… Personnellement, je fais une grosse allergie à Lady Gaga et toutes ces… Juste la pop en général. C’est une énorme blague en temps que compositeur… Il y a un compositeur appelé « Docteur Luke » originaire de Suède, je crois. Il doit avoir dans les 45 ans, peut-être plus, je ne sais même pas, et c’est lui qui écrit la plupart des tubes que l’on entend à la radio, notamment pour les artistes féminines. Et tu es là, tu te demandes : « Mais POURQUOI c’est lui qui écrit les chansons à propos de ton mec ? C’est des trucs d’ados, il est âgé ! ». Je ne sais pas moi… Ce que je veux dire c’est que pour moi tout ça, c’est vraiment faux, et j’espère que les gens porteront attention aux vrais artistes qui sont en ce moment sur la route, en tournée, qui écrivent leur propre musique, et sont un peu plus authentiques.

Ma Femme : Aux Etats-Unis, comment vous voyez les français ?

Eron B. : Hum… Je dirais un peu grossiers… Snobes ? C’est un peu le stéréotype que l'on a en général. Mais nous avons rencontré l’opposé complet, et je crois plus en ça. En réalité, notre bassiste a rencontré une fille la dernière fois que nous étions venus en France, à Lyon, et ils sortent ensembles depuis plus d’un an maintenant. Maintenant elle va à l’école à Montréal,  ils sont donc plus proches l’un de l’autre ; et dès que nous aurons fini avec la tournée, il descendra à Lyon pour passer les fêtes de Noël avec elle, quand nous rentrerons tous chez nous. Tout ça pour dire que nous avons l’opinion totalement inverse des stéréotypes que nous pouvions avoir maintenant, nous avons beaucoup d’amis en France, et ils sont tous géniaux.

Ma Femme : Si un jour on te demande de choisir entre ressembler à Justin Bieber pour pouvoir continuer à faire de la musique, que feras-tu ?

Eron B. : Etre comme Justin Bieber ? Sans pouvoir continuer à jouer la musique que j’aime ? Oh, et bien je te dirai que je devrai arrêter de jouer de la musique… Notamment par rapport à ce que je t’ai dit plus haut !

Ma Femme : Selon toi, c'est quoi la meilleure chose à Paris ?

Eron B. : La meilleure chose à Paris ? La nourriture ! Bien évidemment, l’architecture aussi. Elle est de classe mondiale, c’est incroyable ! La dernière fois que nous sommes venus nous n’avons pu voir que Notre Dame car elle était proche de là ou nous jouions, donc nous pouvions y aller à pied et nous n’avons rien pu voir d’autres. Aujourd’hui nous sommes allés à la Tour Eiffel… Mais nous n’avons pas vu grand chose, c’était hyper nuageux et pluvieux. Nous sommes aussi allés jusqu’au Louvres mais nous n’avons pas pu entrer, le musée est fermé le mardi ! Et puis… Rien que le pain en France. Du pain frais et du fromage, c’est des choses que vous ne pouvez pas vraiment trouver aux Etats-Unis. Où que vous veniez en Europe, il y a une boulangerie différente à chaque coin de rue, et le pain y est toujours si bon ! Comme nous allons être gros en rentrant à la maison… Mais ouais, pain, fromage, chocolat, c’est… C’est si bon !

Ma Femme : Vous avez fait plusieurs dates en France... Si tu devais choisir une ville où retourner, tu irais où ?

Eron B. : Paris, non ? C'est la bonne réponse ? Nous aimons beaucoup Paris. J’essaie de penser à une autre ville… Je vais dire Lyon. Honnêtement la dernière fois que nous y sommes allés nous avons eu beaucoup plus de temps qu’a Paris, nous y sommes restés 3 jours et nous sommes devenus très amis avec plusieurs personnes là-bas. Du coup, ils nous ont montré la ville,  nous avons vraiment pu la découvrir. Et puis nous avons mangé de très bonnes choses ! C’est un peu plus décontracté que Paris aussi… Moins Touristique. Donc je vais dire Lyon. Ne vous offensez pas ! On adore Paris.