THE USED / Vulnerable (by Matt - 25/05/2012)

Soyons clairs : je me suis mis à l'écoute de ce disque plein d'appréhension. Ben oui quoi ! The Used qui se fait virer de Warner, alors que c'est avec eux qu'ils avaient sorti leur 4 premier albums, c'est une peu comme... Auxerre qui descend en Ligue 2 après 35 ans en Ligue 1. Ca fait bizarre quand même. Et ce n'est en rien dénigrer les mecs d'Hopeless Records qui ont un roster plutôt sympa (Dangerous Summer, Yellowcard, Enter Shikari, Mustard Plug, Guttermouth,...). C'est juste qu'on se dit avant d'écouter que le groupe doit plus vraiment être au niveau de ce qu'il faisait avant.

Eh bien, je me suis trompé. Le nouvel opus de The Used, à nouveau produit par John Feldmann, est plutôt réussi. Contrairement à ma précédente chronique (Aitches), on n'a pas de mal dès la première écoute à retenir certains titres. En effet, dès les premières secondes, le titre "I Come Alive" nous ramène quelques années en arrière. Vous vous souvenez du tube "The Bird and The Worm" ? Il y a une très forte filiaton entre les 2 titres. Ce titre, énergique et entrainant à souhait, nous met tout de suite dans le bain de ce que va donner tout l'album : un bon melting-pot de tout ce qui a fait le succès de The Used jusqu'à présent... mais pas que ! 

Car il faut bien le dire, ce groupe a une identité forte. Si vous tombez sur un de leurs morceaux à la radio (on peut rêver non ?), vous saurez immédiatement que c'est eux : atmosphère, voix du chanteur, production, samples, et tous les petits ajouts sur les titres qui font que The Used, c'est The Used. Alors pour en revenir à "I Come Alive", on trouve dans ce morceau cet univers si particulier qui n'est pas sans rappeler Tim Burton par certains aspects (les petites notes de clavier en particulier et la noirceur des morceaux en général). Par la suite, on va découvrir que The Used sait aussi innover : un peu d'électro par si, un peu de riff un peu plus métal par là,... Bref une évolution en douceur qui ne renie par l'identité du groupe.

Au niveau des titres, on est particulièrement marqué par "I Come Alive" (comment ça ça fait trois fois que je le dis ?) donc qui donne le ton. "This Fire" poursuit sur la même lancée mais avec là un refrain un peu plus hurlé qui révèle encore une des facettes de ce groupe : on a parfois l'impression d'écouter un groupe de possédés. On arrive ensuite à l'OVNI de ce disque : "Hands and Faces". Alors soyons clairs. A l'écoute de l'intro je me suis dit "OH. MON. DIEU". Je suis resté assez sceptique après cettre première écoute. Mais après coup, il faut bien le dire, c'est certainement LE tube de cet album : refrain dévastateur, apports d'effets électro, rythme, break lanscinant. Tout y est. On se demande donc à quoi on va être manger par la suite. 

Et la suite c'est du The Used pur sucre : "Put Me Out" est un morceau assez traditionnel du groupe dont le refrain devrait assez rapidement vous rester en tête :

I gave you everything, you threw it away.
Put me out like a cigarette, out like a cigarette.
Love like a cancer, still you beg me to stay
Put me out like a cigarette, out like a cigarette.

Ensuite, "Shine", un morceau un peu plus calme fait parfaitement la transition avec "Now That You're Dead" et sa très longue intro (1 minute) assez planante, avant que... la rage se déchaine ! C'est brut, ça gueule et les paroles font pas dans la dentelle :

life, as precious as it is, I've waited for this day
I've waited for your death, for you to fade away

La suite est un peu moins marquante même si les morceaux sont de très bonne facture. Un seul bémol mais de taille : "Hurt No More". C'est quoi cette bouse ? Non mais franchement quand on fait un bon album, on peut se passer de trucs de ce genre.
Bref mon conseil : écoutez ce disque encore et encore MAIS surtout passez de la 10 à la 12 sans vous arrêter. 


Date de sortie : 26/03/2012
A écouter : Hands and Faces, I Come Alive, Now That You're Dead
Site web : http://theused.net