FURTHER SEEMS FOREVER / Penny Black (by Matt - 22/12/2012)

Je vous ai déjà dit à de nombreuses reprises que j'étais fan de Chris Carrabba. Eh bien bizarrement j'aimais pas le premier album de Further Seems Forever. Etonnant quand on sait que finalement les recettes de ce groupe étaient les mêmes que Dashboard Confessionnal : à savoir des chansons très personnelles et hyper émotionnelles. Car oui, Further Seems Forever fait bien partie de la première vague de groupes emo. Alors pourquoi ça passait pas ? Ben je sais pas. Et à vrai dire la succession de chanteurs n'a rien arrangé, j'ai encore moins apprécié le groupe par la suite. Autant dire que c'est avec une pointe de septicisme que j'ai commencé à écouter leur dernier album Penny Black avec le retour de Chris au chant.

Bon allez, pas de suspens. J'adore cet album. Il a d'énormes qualité dans tous les compartiments. Commençons par le chant. J'ai appris il y a peu que Chris Carrabba avait chanté dans une chorale au lycée (oui oui comme ça). Je sais pas si c'est là qu'il a appris à chanter comme il le fait aujourd'hui mais il faut bien le dire : peu de chanteurs de groupes de rock ont une telle maintrise. Entre les parties un peu plus criées comme sur Rescue Trained ou Engines, et les moments où il nous montre sa capacité à monter dans les aigus comme sur So Cold ou Janie par exemple, il sait aussi varier son chant comme sur l'intro de Rusted Machines. Avec un dénominateur commun sur tout l'album : sa capacité à se servir du chant pour faire vivre la mélodie des morceaux et habiter les chansons de toute l'émotion contenue dans les paroles.

Les paroles justement sont fidèles aux thématiques du genre : ça parle d'amour (impossible), de séparation, de souvenirs douloureux... Bref c'est triste. Chris Carrabba a dit un jour qu'il se servait de ses compositions comme d'un journal intime. De deux choses l'une, soit il cumule les mauvaises expériences soit il revit continuellement au travers ses morceaux les mauvais moments de son existence. Quelques exemples de textes :

Le refrain de Janie :

Janie I'm sorry but summer is over
And darling I'm trying to get back before it's too long
My eyes are opened up 
So Janie I'm sorry but summer is over and done 


Le refrain de Rescue Trained :

And I know where we go from here
But we cannot stay forever
When we're cut to the bone
Are we leaving alone
Yeah I know we are both strong willed
But we can't resist forever
If we won't take control
Can we only let go?

Ou le premier couplet de So Cold :

How did you find me here?
I covered every track
I kept not souvenir
I left an open pack
To slip the phone under
I let my left hand down
To leave you undetered
I kept my right hand out
To slip the phone under
I kept my right hand
How did you find me here, oh


Or toute l'émotion qui ressort des paroles et du chant est en plus magistralement soutenue par la musique jouée par Further Seems Forever. Tantôt mélodiques comme sur So Cold (qui pourrait avoir été écrite par Jimmy Eat World) ou On the Outside par exemple, ou plus lourdes comme sur Penny Black ou Stem the Loss, les guitares soutiennent à la perfection la performance de Chris Carrabba et nous entrainent dans l'univers torturé du groupe. Elles sont en ça bien accompagnées par une section rythmique qui sait apporter sa contribution sans en faire trop. Further Seems Forever, avec Chris Carrabba, c'est avant tout un chant et des paroles. Les instruments sont donc bien à leur place et apportent ce qu'il faut aux morceaux.

Que dire de plus ? Pas grand chose. C'est un album dont on ne ressort pas totalement indemne. Et si vous n'aviez pas encore été achevé à l'avant dernière chanson, attendez d'avoir écouté Janie.


Date de sortie : 23/10/2012
A écouter : Rescue Trained, King's Canyon, So Cold
Si vous aimez : Dashboard Confessionnal, The Early November, Jimmy Eat World
Site web : http://furtherseemsforever.com/