BLINK 182 / Dogs Eating Dogs (by Matt - 11/01/2013)

Aux tous débuts de ce webzine, je vous avais parlé de Neighborhood, le tout premier disque enregistré par Blink 182 suite à leur reformation. J'en faisais un album de la maturité pour eux après tout le chemin qu'ils avaient parcouru. Même si on pouvait bien évidemment leur reprocher plein de choses. Avec un peu de recul la force de Blink c'est quoi ? Les mélodies, la batterie de Travis, la complémentarité des voix de Mark et Tom et le sentiment d'urgence qu'on ressentait dans les morceaux. Alors qu'attendre de leur nouvel EP (?) Dogs Eating Dogs après un album où on avait un peu perdu tout ça ?

Et bien finalement un peu un retour aux sources ! Soyons clairs, cet EP n'est pas une révolution dans la discographie de Blink, il emprunte même les sillons tracés par les précédents efforts du groupe. On a d'ailleurs souvent un sentiment de déjà vu (entendu) à l'écoute du disque : un faux air de Boxcar Racer sur When I Was Young, de +44 sur Dogs Eating Dogs, d'Angel and Airwaves sur Disaster, un peu de Psycho White sur Pretty Little Girl. Oui mais c'est pas pour ça qu'il faut pas l'écouter ! Au contraire !

En effet, on revient (enfin) avec cet EP à l'identité du groupe. On bénéficie enfin vraiment de la complémentarité des voix de Tom et Mark sur la quasi intégralité des morceaux (même si bien souvent c'est le timbre nasillard de Tom qui prend le lead). Travis est toujours aussi fort mais en fait moins, son jeu est plus sobre et soutient mieux les morceaux. L'orchestration fait la part belle aux pianos planants (la touche de Tom) et on sent les musiciens plus investis dans les morceaux que sur Neighborhood (bon ok le mode de composition de cet album n'arrangeait rien).

On en tire des morceaux de bonnes factures pour l'essentiel. Avec une mention spéciale à Dogs Eating Dogs qui est vraiment un des morceaux phare de cet EP. Ca démarre à fond, ça sonne certes très Lycanthrope mais quel refrain ! Mark bénéficie sur ce titre du chant lead, et là où on aurait pu rester sur notre faim si ça avait sonné uniquement comme du +44, Tom apporte sa touche sur le rerain pour donner à ce morceau ce qui lui manquait. A noter encore sur ce morceau un très bon Travis Barker.

Un autre morceau qui tire son épingle du jeu : Boxing Day. Un morceau acoustique à l'excellente mélodie qui revisite l'esprit de noël sur le thème de la séparation. Car oui, il est loin le temps des délires juvéniles de Blink, il va falloir s'y faire, les chansons sont beaucoup moins funs mais pas pour autant moins bonnes bien au contraire. Là encore la complémentarité entre les 2 chanteurs fait merveille. Bref, la bonne surprise de Blink.

Enfin, pour finir un petit mot sur Pretty Little Girl, qui est certainement le morceau le plus produit et arrangé de l'EP : claviers planants, mélange entre un chant (de Tom) un peu larmoyant sur les couplets et plus énervé sur le refrain, basse très présente, et en guest Yelawolf le nouveau pote de Travis pour un pont qui ressemble étrangement à Whistle Dixie enregistré par les 2 compères sur leur propre EP. Ce morceau synthètise finalement assez bien ce qu'est devenu Blink ces dernières années.

Il n'y a plus qu'à espérer que les promesses entrevues dans cet EP se concrétisent dans un prochain et album et surtout... sur scène. 


Date de sortie : 18/12/2012
A écouter : Boxing Day, Dogs Eating Dogs, Pretty Little Girl
Si vous aimez : Boxcar Racer, +44, Angels and Airwaves
Site web : http://blink-182.com/